Sélectionner une page

Au début de son aventure, le Héros a compris qu’il se doit de répondre à l’appel qu’il a ressenti en lui. C’est son destin. Et même si cela lui fait peur, il doit quitter son confort, gagner le soutien de son mentor et partir vivre ses premières aventures dans le nouveau monde. Il s’y forme et s’y transforme. Et déjà arrivent les premières mais illusoires victoires.

Christian – Bonjour Alexis Comment vas-tu ? Te sens-tu comme un roi ce matin ?

Alexis – Bonjour Christian. Eh bien ma foi… J’espère régner sur mon royaume intérieur en tout cas… Je me disais en venant que nous ne savons pas de quoi sera fait chaque jour. Mais il est certain que ce que l’on vit à l’extérieur n’est qu’un décor changeant. Plus la lumière y pénètre et plus les ombres apparaissent. C’est cela la conscience. A nous de ne pas perdre de vue l’image globale et de garder les pieds sur terre pour agir avec sérénité et faire de chaque jour une belle journée, sans crier trop vite victoire, mais sans oublier non plus de célébrer chaque petite joie ou instant de bonheur.

Christian – Je fais le parallèle avec notre épisode du jour. Le roi d’un jour parle de ce que peut vivre le Héros après ses premières victoires. J’ai observé qu’il arrive souvent à cette étape que nous puissions parfois nous croire arrivé. Nous avons vaincu des épreuves, nous avons gagné quelques richesses et nous voilà pris par notre égo qui, lui, a bien envie de se contenter de cela.

Alexis – Oui, le Héros fanfaronne un peu à ce moment-là. Il peut se croire arrivé parce que, en effet, il a franchi quelques étapes et il en a obtenu quelques avantages. Cela peut être un titre, un début de richesse, quelques nouveaux attributs. Dans la vraie vie, nous pouvons voir là les premiers succès de l’entrepreneur, les premiers euros gagnés, les succès auprès de l’entourage.

Christian – Ce sont toutefois des vraies réussites, non ? 

Alexis – Oui bien entendu. Ce sont des victoires et elles sont, comme toutes les réussites, à célébrer, c’est important. Simplement, ce que le Héros découvre alors, c’est qu’il ne s’agit souvent que de victoires matérielles. C’est important, je ne dis pas le contraire, mais, dans une perspective initiatique, nous distinguons cela des victoires intérieures. C’est une question de conscience. Et c’est pour cela que, bien souvent, le Héros ne peut pas s’en rendre compte tout seul. 

Christian – Je vois souvent cela avec les managers ou entrepreneurs que j’accompagne. Ils se lancent, tâtonnent un moment. Ils trouvent de nouveaux collaborateurs, des confrères ou des partenaires qui les aident. Parfois, ils vivent aussi des échecs et des plantages, mais quand ils savent en tirer parti, alors ils deviennent plus forts.

Alexis – Et c’est souvent là qu’ils se croient arrivés. Si, comme tu le soulignes avec justesse, ils comprennent qu’en fait, les erreurs, les plantages, les échecs des premiers temps sont surtout des expérimentations, alors ils en tirent un enseignement positif et cela les fait grandir. Avec un peu de chance et d’humilité, ils sauront garder la tête froide pour ne pas se prendre trop au sérieux. Mais incontestablement, ils ont réussi certaines choses. Pour aller au-delà, ils doivent rencontrer la déesse.

Christian – La déesse ? A quoi correspond ce personnage ? C’est un archétype ? 

Alexis – Oui, la déesse est l’archétype du féminin sacré. Homme ou femme dans la vraie vie, il est notre part d’intuition et la porte d’entrée vers l’autre monde. Dans les films, il s’agit de l’intervention d’une magicienne, telle Galadriel de Lórien dans « Le seigneur des anneaux » par exemple. Elle donne à chacun un cadeau magique pour l’aider à poursuivre la quête en sécurité. Elle révèle certaines vérités qui lui permettent de comprendre ce qui l’attend dans la suite du voyage. Et c’est bien là le sens de cette étape. La déesse vient permettre au Héros de ne pas rester dans l’illusion de croire qu’il a fini sa quête. Elle le renvoie sur le chemin afin de lui permettre d’aller à la rencontre du dragon, passage obligé pour approcher le véritable trésor.

Christian – Et là on comprend que le trésor n’est pas matériel, mais qu’il est spirituel. Et qu’il va falloir entrer dans la caverne pour le trouver.

Alexis – Oui, ce sera la prochaine étape du voyage. Mais avant cela, je voudrais que tu me dises comment tu as vu se concrétiser cette étape dans les accompagnements que tu as faits. Saurais-tu me dire quelle déesse tu as déjà rencontrée dans ton parcours ?

Christian – Oui bien sûr, pour moi la déesse a été ma compagne. L’avoir rencontrée m’a fait prendre conscience des valeurs importantes qui étaient miennes mais que je négligeais. Cela n’a pas été facile pour moi. Il m’a fallu passer par un profond travail de lâcher-prise, car pour moi, affronter le dragon, c’était affronter la peur de voir ma sécurité matérielle fragilisée. Car pour oser réaliser mes rêves (acheter un bateau, voyager, prendre du temps…) il me fallait développer mon activité autrement. Et donc c’était renoncer à toute une part de mon activité que je maîtrisais pourtant bien, qui m’assurait des rentrées régulières et que j’aimais, pour une partie plus incertaine. Ma compagne a été précieuse pour me permettre de voir, dans la relation que j’ai avec elle, que ce qui est vraiment important n’est pas matériel. Et du coup, j’ai franchi le pas. Et le bateau que je viens de m’acheter est magnifique !!!!

Alexis – Ah le capitaine au grand cœur ! J’adore. Merci pour ce récit courageux. C’est tout à fait ça. Dans un prochain épisode, je te partagerai ce qu’est mon dragon et comment je l’affronte, avec ma déesse, moi aussi. Mais avant cela, il nous faut entrer dans la période la plus sombre, l’hiver. Le Héros, lui entre dans la caverne.

Christian – Hâte d’échanger avec toi là-dessus. A la semaine prochaine !

Pour découvrir le programme de la formation : Le voyage du Héros – Activez vos Talents