Sélectionner une page

Après ses premiers succès, le Héros qui a eu le courage de quitter le terrain connu de ses anciennes habitudes, doit maintenant affronter son dragon. Il sait que s’il veut réellement développer ses nouveaux talents, il doit aussi, d’une certaine manière abandonner les anciens et s’ouvrir à une nouvelle conscience de lui-même.

Christian – Bonjour Alexis

Alexis – Bonjour Christian. J’espère que tu es en forme cette semaine, car ce qui nous attend est le point culminant de notre voyage. Es-tu prêt à rencontrer le dragon ?

Christian – Oui, bien sûr. C’est le trésor qu’il protège qui me motive ! D’ailleurs, en te disant cela, je me demande s’il convient vraiment de dire que le dragon protège le trésor. Le trésor lui appartient-il ? Se l’est-il approprié légitimement ? Ou bien est-il là pour en empêcher l’accès ?

Alexis – Prenons l’exemple du dragon endormi sur l’or de la montagne des nains dans Le Hobbit, l’œuvre de Tolkien et le film qui en est inspiré. Le trésor est celui des Seigneurs Nains. Mais le dragon se l’est approprié et les nains veulent le lui reprendre. Mais en fait, en regardant à un autre niveau, le dragon est venu empêcher les nains de continuer l’entreprise de folie qui était devenue la leur. A force de vouloir s’enrichir, ils se sont fermés aux autres. On dit aussi, que c’est à force d’avoir creusé la montagne qu’ils ont contacté des forces surnaturelles et maléfiques qui étaient endormies au plus profond de la terre. Ils ont réveillé le Mal. 

Christian – C’est une métaphore intéressante. On peut y voir le résultat d’un excès de matérialisme…

Alexis – Oui, tout à fait. Le dragon est venu mettre un terme à tout cela. Il s’en est suivi une guerre et un exil pour les nains… Cette traversée du désert se retrouve dans toutes les traditions. C’est l’épreuve qui permet à celui qui s’était éloigné de son axe de s’épurer de ses mauvaises habitudes, de retrouver une humilité qui permettra à la nouvelle vérité d’émerger. Dans le Hobbit, il faut l’intervention du personnage de Bilbon, un bon gars dénué d’égo, pour réussir à mettre la main sur le trésor. Et le trésor, en l’occurrence, ce n’est pas l’or entassé dans la caverne, c’est la pierre de pouvoir, l’Arkenstone, la pierre qui donne à celui qui la possède la légitimité pour régner sur le royaume des nains. C’est cela le véritable trésor qu’il fallait retrouver au milieu des montagnes d’or. Et pour le trouver, et ne pas se l’approprier, il fallait un cœur pur. 

Christian – Ainsi, le dragon permet la chute de l’avidité et l’avènement d’une nouvelle vérité, c’est cela ? …Il est donc un mal nécessaire, en quelque sorte. Il est là pour permettre une sorte de rédemption ?

Alexis – Tout à fait. Il oblige à l’exil et donc à la purification. Et en même temps, il évite que d’autres viennent piller le trésor ou s’emparer abusivement du pouvoir. Il est là pour éprouver la force intérieure du Héros. La psychanalyse nous l’enseigne : la rencontre avec l’ombre -les forces du mal en nous- permet, si elle ne nous dévore pas, de réussir la transformation intérieure. Le trésor est celui-là. Il s’agit de la réalisation de Soi. 

Christian – C’est là que l’entourage redoute que le Héros ne devienne trop égoïste, en cherchant autant à se réaliser ainsi lui-même. 

Alexis – C’est une erreur, en effet. La réalisation de Soi n’est pas une quête nombriliste. C’est davantage un retournement de soi vers sa part divine. En fait, la réalisation dont parle le voyage du Héros est ce chemin qui nous permet de comprendre qu’il n’y a pas de plus grande réalisation que de se mettre au service de plus grand que soi. Ainsi, le Héros est celui qui réussit en faisant réussir les autres avec lui. Le trésor est partagé. C’est quelque chose que l’on ramène avec soi, mais pas pour s’enrichir personnellement. C’est un don de soi pour le collectif. 

Christian – Si l’on revient à nos clients… Cette étape me rappelle le cas de Laurent, un ingénieur commercial dans une grande entreprise industrielle. Il pensait qu’il n’était pas à sa place dans son emploi actuel. Son entreprise ne le méritait pas, pensait-il, avec un peu de prétention. Il s’est alors formé pour devenir coach et pensait quitter son job pour mieux toucher des gens plus ouverts à ses approches. En fait, l’accompagnement a montré qu’il s’agissait chez lui d’une fuite. Il venait de divorcer, avait un enfant et un prêt à charge. C’était lourd pour lui qui aspirait à autre chose. Mais finalement, il s’est rendu compte qu’il avait un tout autre défi à relever : se mettre à la portée des autres et les accompagner. Et là, imagine-toi que son DRH est venu le voir pour lui proposer un poste de manager de talent, une sorte de coach interne.  Ainsi, il pouvait garder son salaire régulier, faire le métier qu’il souhaitait faire et réussir à sa conversion professionnelle. Il n’avait pas du tout imaginé cela.

Alexis – C’est un bel exemple, en effet. S’il n’avait pas touché du doigt sa vulnérabilité, il n’aurait sans doute pas pu abandonner sa position « prétentieuse ». C’est cette conversion qui lui a permis de changer et ainsi de saisir l’occasion offerte par son entreprise de changer de fonction. On le voit bien dans les parcours des gens que nous avons suivi à travers nos coachings et nos stages. Il faut la force d’un groupe de pairs ou un accompagnement bienveillant pour arriver à tenir le cap. Le chemin de la réalisation offre de multiples occasions de s’échapper ou de renoncer. 

Christian – C’est ce que j’aime dans le travail que nous faisons. C’est chouette de voir comment nous pouvons soutenir ceux qui cherchent leur voie et ainsi nous permettre de grandir tous en conscience et en communauté. C’est une belle œuvre, je trouve !

Alexis – Oui, c’est très satisfaisant. Et nous verrons la semaine prochaine comment le Héros peut faire pour faire profiter son entourage de ses nouveaux talents.

Christian – A la semaine prochaine, alors.

Pour découvrir le programme de la formation : Le voyage du Héros – Activez vos Talents